Tri Bleiz DieAvec EV, Tri Bleiz Die a longtemps constitué la paire gagnante du rock breton versant punk et chanté dans la langue des ancêtres. Cette langue et cette musique qui jettent (encore aujourd’hui !) un trouble dans la tranquille cité des Ducs où depuis longtemps, les ouvriers ont laissé place aux dociles étudiants : pas de vague hein ! Faut un boulot ! Un boulot ? Mais pourquoi y’a plus d’ouvriers alors ? Hum… Bon, parlons musique. En 4 albums, Tri Bleiz Die (qui pourrait se traduire par le juron « Nom de Dieu » en Breton) a fait le travail et tourné dans toute la Bretagne pendant près de 10 ans aux côté de Matmatah, Dolly et autres Babylon Circus. Leurs paroles revendicatives en font encore aujourd’hui un groupe majeur et respecté. Citons par exemple la reprise de l’hymne breton « Bro gozh ma zadoù » (texte en français et breton ici) ou « Pok ma revr » (« Embrasse mon cul »), etc. "Pok" sur Facebook, ça ne vous dit rien ?

A ranger entre Armens et EV 
A écouter sur Myspace 
A voir sur Youtube 
A suivre sur Facebook 

Que sont-ils devenus ?
Stéphane Guérois tient la guitare dans Badcash
Gwenolé Michenaud est aujourd’hui connu sous le nom de Gainé et travaille souvent avec Epaulé par JC (Orange Blossom, Prajna, Bassdrum) et Stéphane Kotakis.

Fiche technique de Tri Bleiz Die
Ou : Naoned
Quand : entre 1998 et 2006
Site internet
Genre : Rock celtique
Line up
Stéphane Guérois (Chant, Guit) – Laurent Moulin (Guit) – Pascal Bossis (Basse) – Gwenolé Michenaud (Batterie) – Florian Herry (Violon)
Albums
1999 : "Disuj"
2000 : "Dalc’homp mat !"
2002 : "Arabat dekonin memestra"
2005 : "Milendall"